Histoire et patrimoine

Bletterans, petite par la taille (1400 habitants) mais grande par sa vitalité et son rayonnement, la ville est un important bourg centre, appelée capitale de la Bresse Jurassienne, la petite partie bressane de la Franche Comté.

Les premières annotations connues de Bletterans (castrum BLETRENSIS)  datent du 10ème siècle mais ce n’est qu’au 13ème siècle que la puissante maison de Chalon-Arlay fit élever un château et une forteresse dans un bras de la Seille, afin de défendre ses territoires. Un nouveau bourg s’y installa (lettres d’affranchissement en 1286), différent de l’ancien, qui prit le nom de « vieille ville de Bletterans », pour finalement devenir Villevieux, s’affranchir du nouveau bourg, et rester essentiellement agricole dans cette riche plaine alors que la ville nouvelle devenait artisanale et commerçante (marché, foires). La fonction purement militaire de la ville s’étendit progressivement pour devenir le centre commercial de toute la région. A cette époque, la ville reçut sa « légion d’honneur », sous la forme d’une deuxième queue ajoutée au lion sur son blason (fait rare) pour vanter la vaillance et la fidélité de la ville. Cette période heureuse fût interrompue en 1637, lors de la deuxième invasion française de la Franche Comté alors espagnole, par le siège de Bletterans, long difficile, qui laissa la ville complètement détruite, avec château et fortifications rasées.

Bletterans mit plus d’un siècle à s’en relever et ce n’est qu’après la révolution (qui l’a nomma chef-lieu de canton) que petit à petit la ville retrouva son essor de centre commercial et artisanal pour la région.

En 1913, fut inauguré une splendide halle couverte, qui fit beaucoup (et fait toujours) le bonheur du commerce et de l’activité locale. Avec son UCIA (Union Commerciale Industrielle et Artisanale), exemple français par son dynamisme, ses plus que 100 adhérents, ses cinquante commerces, Bletterans a reçu le titre de « Capitale du commerce rural”. De plus de très nombreux services s’y regroupent : 5 banques, 6 restaurants, une offre de soins sans égale (en particulier 11 médecins généralistes), 4 grandes surfaces, 1 collège hyperactif, une vie associative intense (35 recensées), un centre médical de post cure devenu le premier employeur de la ville, un important marché le mardi matin, une fête foire milieu septembre devenue incontournable pour toute la région etc.

Les monuments anciens sont rares. Seule l’église avec ses magnifiques stalles, son retable, sa chaire, ses statues, tous classées a pu survivre aux guerres et aux incendies. Elle mérite vraiment une visite.

 

Les commentaires sont fermés